Pour l'avenir d'un enfant cambodgien

Un parrain, une école

L’Entreprise comme l’Association, avec des finalités différentes, sont des communautés humaines reposant sur l’engagement de professionnels pour la première et surtout de bénévoles pour la seconde.

L’Entreprise et l’Association caritative doivent pouvoir se retrouver sur de mêmes valeurs et ainsi se compléter voire travailler ensemble.
Au Cambodge, l’AER est au service de jeunes ruraux issus de villages assez pauvres , mais avides d’apprendre pour devenir des adultes autonomes, responsables et acteurs du développement de leur pays. L’association repose sur l’engagement de ses bénévoles et parrains mais a également besoin de celui d’entreprises et de leurs salariés, en particulier dans le cadre de leur politique RSE, Responsabilité sociale des entreprises.


Alors plusieurs pistes sont proposées aux entreprises et fondations d’entreprises ou familiales :

-    Financer un programme, principalement éducation-formation, mais également développement rural (accès à l’eau, assainissement,…), voire accès à la santé
-    Proposer un mécénat de compétence , un don en nature, une prestation de service
-    Parrainer un groupe d’enfants, par ex. une classe pour 1 ou 3 ans
-    Susciter le bénévolat ou le parrainage auprès des salariés ou jeunes retraités de l’entreprise


En échange, l’AER, association d’intérêt général et de solidarité internationale, s’engage à communiquer –selon le désir de l’entreprise- sur l’aide reçue, à fournir tout justificatif sur l’emploi des fonds reçus et à délivrer un certificat permettant la déduction fiscale prévue par l’administration ad-hoc.  Enfin, agissant en toute transparence, l’AER, malgré sa taille modeste, a souhaité que ses comptes soient certifiés par un Commissaire aux Comptes.


Pour toute demande de renseignement ou offre de soutien, merci de remplir la fiche prévue à cet effet ou de vous adresser au siège de l’association qui vous mettra en relation avec la cellule Partenariats.

Par avance, un grand merci.

 


 

Formulaire de contact

 

AER - FaceBook

Un Avenir pour l'Enfant des Rizières...

« Il faut oublier, tout peut s’oublier », chantait Jacques Brel, dans les années 60, avec beaucoup de talent et pour notre plus grand plaisir.

Pour une fois, je ne vais pas être en accord avec ce grand artiste, car l’oubli est bien notre problème aujourd’hui, dans ce monde de zappeurs, où l’activité défile à grande vitesse, et où la une d’aujourd’hui ne sera qu’à peine mentionnée les jours suivants.

« Tant de choses nous ont passé devant les yeux que nos yeux n’ont rien vu » disait le poète Grec.

Autour de nous, la situation difficile du Cambodge ne fait plus l’actualité, elle a laissé la place à des événements tout aussi dramatiques mais plus proches et plus récents.

Pourtant ce beau pays, administré par nos pères il y a peu de temps encore, rangé aujourd’hui dans la case « oubli », a besoin de notre aide pour sa réhabilitation.

Lire la suite...