Pour l'avenir d'un enfant cambodgien

Un parrain, une école

L'action conduite par l'AER se poursuit depuis quelques années avec l'apport financier et opérationnel de CODEGAZ, expert en la matière, et avec l'aide financière de plusieurs partenaires (agences de l'eau, fondations d'entreprise).

 

Sous le nom de "l'Eau, c'est la Vie", nous avons démarré en 2015 un nouveau projet sur 3 ans, assez ambitieux, pour un budget initial de 167 K€. Pour 2015, compte tenu des conditions climatiques et de la difficulté à recueillir les fonds nécessaires, nous avons réalisé 60 latrines dans les villages de Bantoat Buos et Trolok Tboung, les villageois ayant versé leur participation financière (une petite participation est demandée afin d'impliquer les habitants dans le projet).

Nous avons effectué des audits des forages réalisés depuis 2010. Les résultats obtenus ont été présentés aux villages concernés afin qu'ils assurent un meilleur entretien de leurs installations.

En 2016, ce projet se poursuit dans les villages qui nous ont sollicité pour la construction de 264 latrines et le forages de 12 puits avec la fournitures de plus de 100 filtres en céramique ou bio-sable. 

A la satisfaction des autorités cambodgiennes et des villages, le projet s'étendra jusqu'en 2017.

 

AER - FaceBook

Un Avenir pour l'Enfant des Rizières...

« Il faut oublier, tout peut s’oublier », chantait Jacques Brel, dans les années 60, avec beaucoup de talent et pour notre plus grand plaisir.

Pour une fois, je ne vais pas être en accord avec ce grand artiste, car l’oubli est bien notre problème aujourd’hui, dans ce monde de zappeurs, où l’activité défile à grande vitesse, et où la une d’aujourd’hui ne sera qu’à peine mentionnée les jours suivants.

« Tant de choses nous ont passé devant les yeux que nos yeux n’ont rien vu » disait le poète Grec.

Autour de nous, la situation difficile du Cambodge ne fait plus l’actualité, elle a laissé la place à des événements tout aussi dramatiques mais plus proches et plus récents.

Pourtant ce beau pays, administré par nos pères il y a peu de temps encore, rangé aujourd’hui dans la case « oubli », a besoin de notre aide pour sa réhabilitation.

Lire la suite...